17200048 - Philosophie ancienne, médiévale et renaissante

Crédits ECTS 4
Volume horaire total 24
Volume horaire CM 24

Responsables

  • Axel FOUQUET

Contenu

Master 1 Philosophie - Semestre 1 - Année universitaire 2021-2022
Cours commun Master 1 Philosophie et Master 1 Histoire de la philosophie

Enseignant : Axel FOUQUET

Thème du cours : Voyages et transformations de l'âme chez Platon et dans le néoplatonisme

Présentation du cours :
Dans le Premier Alcibiade, Socrate définit l'importance de l'âme pour l'homme : ce que l'homme est de plus propre, c'est son âme. Se connaître soi-même, suivant le précepte du temple de Delphes, c'est donc connaître son âme. C'est à partir de la connaissance de l'âme qu'est possible tout savoir adéquat du juste, du bien, et la possibilité même d'une vie heureuse et droite. Et pourtant, dans le Phèdre, sa connaissance est dite être une connaissance divine, au-delà des forces de l’homme, qui doit passer par le mythe et l'image pour s’en approcher. La connaissance la plus fondamentale est donc en même temps une connaissance qui nous échappe - le mystère de l'âme, c'est le mystère de l'homme.

La première partie du semestre sera consacrée aux réflexions de Platon sur l'âme. Il apparaîtra que l'âme est une réalité mobile et dynamique, et non pas quelque substance monolithique. Nous étudierons les voies qui nous permettent de faire lumière sur elle et les transformations par lesquelles elle se rend à elle-même, ou se perd. Ces transformations prendront l'allure de voyages conduisant l’âme vers son lieu d'origine - qui est aussi son destin.
Nous verrons dans la seconde partie du semestre comment Plotin, fondateur du néoplatonisme, a retravaillé cette dynamique de l'âme. La conversion de l’âme doit la reconduire à l’Un originaire dont elle et toute la réalité procède comme depuis une source. Nous verrons comment Plotin pense cette conversion et ses étapes à partir des moyens ascensionnels propres au platonisme (les vertus, la connaissance, l'amour), tout en les réélaborant dans le cadre particulier de sa philosophie.
Nous suivrons l'évolution de ce thème chez les néoplatoniciens postérieurs, mais aussi chez saint Augustin. Ce dernier reçoit la conceptualité platonicienne (et notamment la conversion de l’âme comme retour à sa source et transformation progressive), mais la déploie dans le contexte et les problèmes propres au christianisme – notamment l’impossibilité de rejoindre l’éternité divine en cette vie, qui impose un nouveau défi à l’âme dans son rapport au temps : la peregrinatio.
L’enjeu de notre réflexion sera de confronter, sur la question de l’âme, la pensée platonicienne à la tradition métaphysique ultérieure. L’« âme », peut-être bien plus que « Dieu » ou le « Monde », est une de ces figures emportées par la fin de la métaphysique classique. Mais quel concept de l’âme a ainsi été relégué au rang d’objet philosophique du passé ? Correspond-il à celui de la pensée platonicienne ? La pensée platonicienne de l’âme, qui ne la cloisonne pas dans une identité fixe, qui refuse de sacrifier la diversité chatoyante de ses phénomènes à une détermination univoque, qui peint avant tout son mouvement et ses métamorphoses, ne peut-elle proposer les linéaments d’une nouvelle philosophie de l’âme ?

Bibliographie

Pour Platon, lire en priorité ces dialogues (les éditions GF-Flammarion sont très bien, avec une bonne introduction et un solide appareil de notes) : Premier Alcibiade (ou Alcibiade majeur), Phédon, République IV à VII, et Phèdre.

Pour la tradition néo-platonicienne, se concentrer en priorité sur Plotin. Les Traités ont été publiés chez GF-Flammarion, sous la direction de Luc Brisson et Jean-François Pradeau. On pourra jeter un œil sur quelques-uns des suivants, et en priorité ceux en gras [entre crochet, la référence dans l'édition des Ennéades, publiée aux Belles-Lettres et traduite par Emile Bréhier] : Traités 1 [I, 6], 2 [IV, 7], 6 [IV, 8], 8 [IV, 9], 9 [VI, 9], 10 [V, 1], 19 [I, 2], 20 [I, 3], 21[IV, 1], 38 [VI, 7], 49 [V, 3].

Enfin, Augustin, Les confessions. La meilleure édition est celle de la Bibliothèque Augustinienne. Sinon, voir la traduction de la Pléiade ou bien celle de GF.

Littérature secondaire (tout n’est bien entendu pas à lire, ce sont des ouvrages à feuilleter pour accompagner l’année).

Sur Platon :
  • Dixsaut Monique, Platon. Le désir de comprendre, Paris, Vrin, 2012 (Introduction générale).
  • Dixsaut Monique,Platon et la question de l'âme, Paris, Vrin, 2003.

Sur Plotin :
  • Morel, Pierre-Marie, Plotin : L'Odyssée de l'âme, Paris, Armand Colin, 2016.
  • O’Meara Dominic, Une introduction aux Ennéades, trad. A. Callet-Mollin, Paris-Fribourg, Cerf-Editions Universitaires de Fribourg, 1992 (Introduction générale).
  • Pradeau Jean-François, L’imitation du principe. Plotin et la participation, Paris, Vrin, 2003.

Sur Augustin :
  • Gilson, Etienne, Introduction à l’étude de saint Augustin, Paris, Vrin (Introduction générale).
  • Vannier, Anne-Marie, Creatio, conversio, formatio chez saint Augustin, Éditions Universitaires Fribourg Suisse, 1991 (à consulter en Bibliothèque).