17240045 - Philosophie morale, juridique et politique (Lyon 3)

Volume horaire total 24
Volume horaire CM 24

Responsables

Contenu

Master 2 - Semestre 3 - Année universitaire 2018-2019
(Lyon 3)

Enseignant : Thierry GONTIER

Thème du cours : Théologie et politique. Des modèles traditionnels à la problématique contemporaine

Présentation du cours :
Par-delà l'utilisation stricte du syntagme de « théologie politique », dont la première occurrence connue remonte à Varron, cité et critiqué par Saint Augustin, nous étudierons les grands modèles antiques, médiévaux et modernes de l'articulation du théologique et du politique. Nous analyserons, sur cette base, la permanence de la question théologico-politique à l'âge contemporain, dans une ère que l'on peut nommer « post-libérale », en nous référant à l'ouvrage emblématique de Carl Schmitt de 1922 et aux controverses auxquelles il a donné naissance jusqu'à nos jours. Les questions qui guideront notre réflexion seront celles-ci : Peut-on sortir du théologico-politique, comme le prétend la conception moderne, libérale et laïque de l'État ? Ou celui-ci se trouve-t-il simplement déplacé de façon insidieuse, sous une forme « sécularisée » ?

Plan du cours (12 cours de 2h) :
  • Cours 1 : Survol de la bibliographie – Rapide présentation du problème – Introduction historique. Les trois schémas fondamentaux – 1er schéma : la définition de Varron – Platon et la « théologie » – Symboles cosmologiques et anthropologiques de la politique.
  • Cours 2 : Introduction historique : 2e schéma : La reformulation du problème avec le christianisme – Saint Augustin. 3e schéma : Joachim de Flore et l’Apocalyptisme – La Réforme
  • Cours 3 : La problématique en contexte libéral-séculier (Hobbes, Spinoza, etc.) – La problématique contemporaine (post-libérale).
  • Cours 4 : La Théologie politique de Carl Schmitt (1922) : contexte historique et biographique – Souveraineté et exception (1) : la critique de l’état de droit (chapitre 1).
  • Cours 5 : La Théologie politique de Carl Schmitt (1922) : Souveraineté et exception (2) : la critique des théoriciens de l’état de droit - Hans Kelsen (chapitre 2).
  • Cours 6 : La Théologie politique de Carl Schmitt (1922) : « théologie politique » et sécularisation (chapitre 3)
  • Cours 7 : La Théologie politique de Carl Schmitt (1922) : La polémique antilibérale – Donoso Cortès (chapitre 4)
  • Cours 8 : Les critiques de la Théologie politique (1) : Erik Peterson (1934) – L'impossibilité d'une théologie politique chrétienne – La réponse de Carl Schmitt (1970) – Introduction à la notion de katéchôn.
  • Cours 9 : Les critiques de la Théologie politique (2) : Hans Blumenberg – La réponse de Carl Schmitt (1970)
  • Cours 10 : Les variantes de la « théologie politique » (1) : Leo Strauss – Athènes et Jérusalem.
  • Cours 11 : Les variantes de la « théologie politique » (2) : Eric Voegelin – théologie politique et religions politiques : la critique des totalitarismes.
  • Cours 12 : Les variantes de la « théologie politique » (3) : les prolongements actuels autour de la notion de katéchôn.

Bibliographie

Bibliographie de base :

1 / Principaux textes de Schmitt, Strauss et Voegelin (lecture obligatoire)
  • Carl Schmitt, Théologie politique (1922-1934 + 1969), trad. J.L. Schlegel, Paris, Gallimard, 1988.
  • Leo Strauss, Le Testament de Spinoza, trad. G. Almaleh, A. Baraquin, M. Depadt-Ejchenbaum, Paris, Cerf, 2004 (en particulier « Observations sur le concept du politique de Carl Schmitt », p. 313-337).
  • Leo Strauss, Maïmonide. Essais rassemblés et traduits par Rémi Brague, Paris, PUF, 1988 (en particulier l’introduction, p. 11-33).
  • Eric Voegelin, La Nouvelle Science du Politique. Une introduction (1952), trad. préface et notes S. Courtine-Denamy, Paris, Seuil, 2000.
  • L. Strauss-E. Voegelin, Correspondance 1934-1964. Foi et philosophie politique, éd. P. Emberley et B. Cooper, trad. S. Courtine-Denamy, Paris, Vrin, 2004.


2 / Autres textes de ces auteurs
  • Carl Schmitt, La Dictature (1921), trad. M. Köller et D. Séglard, Paris, Seuil, 2000.
  • Carl Schmitt, La Notion de politique (publié avec La Théorie du partisan chez Flammarion, coll. Champs, 1992 (avec La Théorie du Partisan, 1975).
  • Carl Schmitt, Le Léviathan dans la doctrine de l'état de Thomas Hobbes : Sens et échec d'un symbole politique (1938), trad. D. Trierweiler, préface E. Balibar, postface W. Palaver, Paris, Seuil, 2002.
  • Leo Strauss, La Critique de la religion chez Spinoza ou les fondements de la science spinoziste de la Bible, trad.. G. Almeleh et al., Paris, Cerf, 1996.
  • Leo Strauss, Nihilisme et politique, trad. O. Sedeyn, Paris, Rivages, 2001, rééd. 2004.
  • Leo Strauss, La Critique de la religion chez Hobbes, trad. C. Pelluchon, Paris, PUF, 2005.
  • Eric Voegelin, Les Religions politiques (1938), trad. et avant-propos J. Schmutz, Paris, éd. du Cerf, 1994.
  • Eric Voegelin, Science, politique et gnose (1959), trad. M. de Launay, Paris, Bayard, 2004.
  • Eric Voegelin, Israël et la Révélation, trad. Sylvie Courtine Denamy, Paris, cerf, 2012 et Platon et Aristote, trad. Th. Gontier, Paris, Cerf, 2015.


3 / Pour vous aider dans la lecture de ces auteurs

  • Philippe Capelle (ed.), Dieu et la Cité. Le Statut contemporain du théologicopolitique, Paris, Cerf, 2008.
  • Heinrich Meier, The Lesson of Carl Schmitt. Four Chapters on the Distinction between Political Theology and Political Philosophy, trad. angl. M. Brainard, University of Chicago Press, 1998.
  • Théodore Paléologue, Sous l’oeil du Grand Inquisiteur. Carl Schmitt et l’héritage de la théologie politique, Paris, Cerf, 2004.
  • A. Doremus, « La théologie politique de Carl Schmitt », dans Les études philosophiques, 2004/1 - n° 68, p. 65-104 (trouvable sur le site de cairn.info).
  • J.F. Kervegan, « Enjeux d’une théologie politique : Carl Schmitt », dans Revue de Métaphysique et de Morale, 1995 n°2, p. 201-220.
  • Heinrich Meier, Leo Strauss. Le problème théologico-politique, trad. P. Rusch, Paris, Bayard, 2006.
  • Corine Pelluchon, Leo Strauss. Une autre raison, d’autres Lumières. Essai sur la crise de la rationalité contemporaine, Paris, Vrin, 2005.
  • David Tanguay, Leo Strauss. Une biographie intellectuelle, Paris Grasset, 2003.
  • Jeffrey C. Herndon, Eric Voegelin and the Problem of Christian Political Order, Columbia and London, University of Missouri Press, 2007.
  • Ted V. McAllister, Revolt against Modernity. Leo Strauss, Eric Voegelin and the Search for a Postliberal Order, University of Kansas Press, 1995.
  • Thierry Gontier, Eric Voegelin. Symboles du politique, Paris, Michalon, 2008.
  • Thierry Gontier, « Totalitarisme, religions politiques et modernité chez Eric Voegelin », Ph. de Lara (dir.), Naissances du totalitarisme, Paris, Le Cerf, 2011, p. 157-181.
  • Thierry Gontier, « Corps mystique et société politique chez Eric Voegelin », Noesis, n° 12, 2007, p. 89-116.
  • Thierry Gontier, “From ‘political theology’ to ‘political religion’: Eric Voegelin and Carl Schmitt”, The Review of Politics, volume 75, issue 01 (2013), pp. 25-43 (trad. fr. partielle : « De la théologie politique à la religion politique : Eric Voegelin et Carl Schmitt », Th. Gontier (dir.), Eric Voegelin. Politique, religion et histoire, Paris, Le Cerf, 2011, p. 45-66.
  • Thierry Gontier, « Gnosticisme et sécularisation : la critique de la modernité chez Eric Voegelin », Sécularisation[s]/2, numéro de la revue Droits, n°59, Paris, PUF, 2014, p. 49-66.
  • Thierry Gontier, “Open and Closed Societies ; Voegelin as a Reader of Bergson”, Politics, Religion and Ideology, éd. Francis and Taylor, volume 16, issue 1, 2015, p. 23-38.
  • Les Religions politiques, cahier de Éthique, politique, religions, n° 4, Classiques Garnier, 2014.

4 / Textes classiques

  • Aristote, Métaphysique, livre lambda (trad. Tricot chez Vrin, ou Jaulin chez GF).
  • Eusèbe de Césarée, La Théologie politique de l’empire chrétien. Louanges de Constantin (Triakontaétérikos), trad. P. Maraval, Cerf, 2001.
  • Saint Augustin, La Cité de Dieu, en particulier les livres VI et VII, et le livre XIX.
  • Jean Bodin, La République, éd. Corpus, livre I (en particulier ch. 1, 8 et 10).
  • Thomas Hobbes, Léviathan (en particulier les livres III et IV), trad. F. Tricaud chez Sirey.
  • Spinoza, Traité théologico-politique, trad. J. Lagrée et et P.F. Moreau, Paris, PUF, 2005.
  • Mihai Aleksandrovitch Bakounine, Dieu et l’État (1871), dans Œuvres complètes, Leiden, 1961 sq. / Paris, 1973 sq., t. VIII. ; « La Théologie politique de Mazzini et l’Internationale », 1871, dans OC, I.

5 / Quelques textes contemporains
  • Karl Barth, L’Épître aux Romains, trad. P. Jundt, éd. Labor et Fides, Genève, 1967, p. 436-463.
  • Erik Peterson, Le Monothéisme : un problème politique, trad. A.S. Astrup, Paris, Bayard, 2007.
  • Walter Benjamin, « Critique de la violence » (1920), dans Œuvres I, Paris, Gallimard, Folio-Essais, 2000, p. 210-243, « Fragment théologico-politique » (1920-21), dans Ibid., p. 263-266), *« Sur le concept d’histoire » (194)0), dans Œuvres, III, éd. cit., p. 433.
  • Ernst Kantorowicz, Les Deux corps du roi. Essai de théologie politique (1957), dans Œuvres, Paris, Gallimard, 2000.
  • Jacob Taubes, La Théologie politique de Paul. Schmitt, Benjamin, Nietzsche et Freud, trad. M. Köller et D. Séglard, Paris, Seuil, 1999. On en trouve des extraits dans En divergent accord : A propos de Carl Schmitt, trad.. Ph. Ivernel, Paris, Rivages, 2003.
  • Johannes Baptist Metz, Pour une théologie du monde, trad. H. Savon, Paris, Cerf, 1970.
  • Hans Blumenberg, La Légitimité des temps modernes, trad. M. Sagnol, J.L. Schlegel et D. Trierweiler, Paris, Gallimard, 1999 (en particulier ch. I, 8).
  • Marcel Gauchet, La Religion dans la démocratie. Parcours de la laïcité, Paris, Gallimard, 1998.
  • Claude Lefort, « Permanence du théologico-politique ? » dans Essais sur le politique. XIXe-XXe siècles, Points-Seuil, 1986.
  • Alain Badiou, Saint Paul. La fondation de l’universalisme, Paris, PUF, 1998.
  • Jurgen Habermas, Entre naturalisme et religion. Les défis de la démocratie, trad. fr. Ch. Bouchindhomme et A. Dupeyrix, Paris, Gallimard, 2008.

Contrôles des connaissances

Crédits :
Master 2 Histoire de la philosophie : 3 ects
Master 2 Philosophie contemporaine : 4 ects