Éthique - Philosophie - Esthétique

17200039 - Les Fondateurs de la philosophie

Niveau de diplôme Licence - Semestre 1
Crédits ECTS 5
Volume horaire total 24
Volume horaire CM 24

Responsables

Contenu

Licence 1 - Semestre 1 - Année universitaire 2022-23

Enseignant : Camille MOUFLIER

Thème du cours : Le bonheur chez Platon et Aristote

Présentation du cours :
Saint-Just affirmait que « le bonheur est une idée neuve en Europe », mais force est de constater que ce n’est plus le cas aujourd’hui. En effet, cette notion est omniprésente dans la sphère personnelle (développement personnel, « coach du bonheur »), dans le monde de l’entreprise (Happiness Manager), dans les indices permettant de mesurer le bien-être des populations (Rapport mondial sur le bonheur), etc. De plus, la notion de bonheur semble être réduite à un simple état psychologique et n’être qu’un problème individuel auquel chacun doit tenter de donner une réponse. L’omniprésence de cette caractérisation du bonheur ainsi que l’injonction à s’y conformer a même conduit certains sociologues et psychologues à forger le néologisme d’ « happycratie » pour caractériser le rôle joué par cette notion de bonheur dans nos sociétés contemporaines (Cabanas et Illouz, 2018).
Par contraste, l’éthique grecque refuse, elle, de réduire le bonheur à un simple état psychologique, ce qui lui permet, notamment, de lui donner des critères objectifs. Ainsi, le but de notre cours sera de montrer que la philosophie ancienne, au travers de ses deux plus éminents représentants, Platon et Aristote, permet non seulement d’envisager une conception alternative au bonheur, en insistant notamment sur sa dimension politique, mais également de questionner l’existence de critères objectifs de la « vie bonne ». De plus, nous chercherons également à montrer quels échos ces théories peuvent avoir dans la philosophie morale contemporaine (éthique des vertus, philosophie de l’action). Cependant, il nous faudra resituer plus précisément le cadre dans lequel ces débats ont pris place.

En effet, à en croire Aristote, Socrate aurait marqué une rupture dans l’histoire de la pensée en laissant de côté les questions naturelles au profit des questions éthiques. L’importance prise par ces questions aux Ve s. av. J.-C. à Athènes est illustrée notamment par les débats présents chez les sophistes à la même époque entre les tenants de positions conventionnalistes (Protagoras), visant à réduire l’éthique au domaine des institutions humaines, et naturalistes (Calliclès, Thrasymaque, Antiphon), soutenant que l’éthique dérive non des institutions humaines mais de la nature. Platon et Aristote font tous les deux échos à ces débats pour critiquer les positions sophistiques. L’une des questions particulièrement pressantes à laquelle ils cherchent justement tous deux une réponse se formule ainsi : qu’est-ce qu’une vie bonne ? Or, si la question est simple, la réponse n’en demeure pas moins complexe. En effet, il existe de nombreux prétendants au titre d’élément essentiel à cette vie : les biens extérieurs (l’argent, la réputation, les plaisirs), la vertu, la vie contemplative, etc. De plus, le problème se pose également de savoir si la réponse à apporter à cette question ne concerne que l’individu ou si elle doit être nécessairement resituée dans un cadre politique. Ainsi, le cours visera à déterminer quelles sont les conditions éthiques et politiques à la réalisation de la « vie bonne ».

Bibliographie

I – Textes de Platon et d’Aristote
  • Platon, Ménon, traduction et présentation par M. Canto-Sperber, Paris, Flammarion, 1991, 1993 (2).
  • Platon, République, traduction et présentation par G. Leroux, Paris, Flammarion, 2002, 2016 (3) (lire les livres I à VII en priorité)
  • Aristote, Éthique à Nicomaque, traduction et présentation par G. Leroux, Paris, Flammarion, 2004 (lire les livres I et II puis les livres V à X en priorité)
  • Aristote, Politiques, traduction et présentation par P. Pellegrin, Paris, Flammarion, 1990, 2015 (3) (lire le livre I en priorité)
II – Ouvrages d’introduction
  • Brisson, L., et Pradeau, J.-F., Dictionnaire Platon, Paris, Ellipses, 2007.
  • Canto-Sperber, M. (dir.), Philosophie grecque, Paris, PUF, 2017.
  • Pellegrin, P., Dictionnaire Aristote, Paris, Ellipses, 2007.
Une bibliographie détaillée vous sera fournie au début du cours.

Contrôles des connaissances

Terminal Écrit (TE) : 2h