• Manifestations scientifiques,

Société ouverte et société close, de Bergson à nos jours

Publié le 25 octobre 2012 Mis à jour le 13 février 2015
Henri BERGSON
Henri BERGSON

Colloque organisé par l'Institut de recherches philosophiques de Lyon (IRPhiL, Lyon 3) et l'Institut supérieur d'études sur la religion et la laïcité (ISERL).

Présentation :
Depuis la Renaissance, la notion d’"ouverture", appliquée à l’esprit en particulier (Montaigne), se trouve valorisée, comme est valorisée la curiosité (Hans Blumenberg).

Henri Bergson (© D.R.)Nous voulons analyser ici l’application de cette notion dans le champ pratique, à partir de l’expression bergsonienne emblématique – dont il nous appartiendra de dégager précisément les origines – de "société ouverte", qu’il oppose à la "société close". La connotation positive de ce terme ne doit pas cacher son ambiguïté : à quoi sont ouverts précisément l’esprit, la morale ou la société – et corrélativement à quoi se ferment-ils lorsqu’ils se replient sur eux-mêmes ?

Comme l’a bien montré Dante Germino, "ouvert" ne veut pas dire ouvert à n’importe quelle expérience, mais premièrement "ouvert" à une expérience vraie ou authentique. Mais la vérité elle-même ne saurait, dans ce contexte, être comprise comme une valeur absolue qui déterminerait par avance la limite de l’ouverture, clôturant ainsi le processus d’ouverture, mais dans un rapport dialectique avec cette notion d’ouverture. Le conflit, si conflit il y a, entre Bergson et Popper, se joue essentiellement autour de cette ambiguïté. La société est ouverte pour l’un à l’humanité par la médiation de l’expérience mystique de la transcendance du divin et, corrélativement, de l’universalité des valeurs au-delà de toute clôture nationale ; elle est ouverte pour l’autre à la possibilité de son propre devenir historique et de la création de nouvelles normes dans une praxis politique, au-delà de toute stagnation.
Parallèlement à cette réflexion qui reste, autant que dans les années 1930-1940, d’actualité, nous poserons la question : une société ouverte (embrassant la totalité du genre humain, pour Bergson) ou des sociétés ouvertes, se constituant dans l’histoire à partir de leurs relations dialectiques ?

Avec la participation de :
Sylvie Courtine-Denamy (Cevipof - Fondation Nationale des Sciences Politiques, Paris), Didier Delsart (IRPhiL, Lyon 3), Pierre Gisel (Université de Lausanne), Bruno Godefroy (IRPhiL, Lyon 3 / FAU Erlangen-Nürnberg), Thierry Gontier (IRPhiL, Lyon 3 / Institut universitaire de France), Bruno Karsenti (EHESS, Paris), Frédéric Keck (EHESS, Paris), Yala Kisukidi, (Université de Genève), Lionel Obadia (Lyon 2), Camille Riquier (Université catholique de Paris), David Walsh (Catholic University of America, Washington), Ghislain Waterlot (Université de Genève), Frédéric Worms (Université de Lille) et Caterina Zanfi (Université de Bologne).


Coordination scientifique :
Thierry Gontier et Stéphane Madelrieux

Contact :

Nazaré Marques
IRPhiL EA 4187 - Institut de Recherches Philosophiques de Lyon
18 rue Chevreul - 69007 Lyon
Tél. : 04 78 78 73 94 - Fax : 04 78 78 72 27
nazare.marques@univ-lyon3.fr
Contact :
Partenaires :
Institut de Recherches Philosophiques de Lyon (IRPhiL)
l’Institut supérieur d’études sur la religion et la laïcité (ISERL)
Thématiques :
Manifestations scientifiques