• Recherche,

ALLADAKAN Koffi

La question de l'éducation chez Sénèque. Pour une contribution à la culture de la paix en Afrique

Publié le 2 juin 2017 Mis à jour le 6 juin 2017

Thèse en Philosophie – Étude des Systèmes, soutenue le 2 juin 2017.

Dans le souci de rendre tout homme heureux, le Portique a élaboré une philosophie qui consiste à former à la vertu. A l’instar du socratisme, il a affirmé, lui aussi, que la vertu suffit pour assurer le bonheur. Sénèque, l’un des grands philosophes stoïciens de la Rome impériale, a réduit toute la philosophie à l’éducation de l’âme. Dans son développement, après avoir montré que toute érudition est vaine quand l’homme ne se prend pas au sérieux sur le plan éthique, il a affirmé comme ses prédécesseurs que la quête du bonheur réside dans la vertu qui est « une âme éduquée et instruite, que de perpétuels exercices ont conduite au sommet de la perfection. » De ce fait, il s’agit d’acquérir la sagesse à partir de la réalisation de soi afin de se mettre au service des autres. En bref, le progrès individuel doit nécessairement s’accompagner du progrès social ; et c’est justement dans cette perspective que le philosophe latin a défini la sagesse comme « l’institutrice des âmes, qui n’a pas produit les armes, la fortification, tout ce qui sert à la guerre, mais qui plaide pour la paix et appelle le genre humain à la concorde. » Là, se trouve l’éducation à la vertu, procurant la tranquillité de l’âme, comme la condition nécessaire et suffisante pour bâtir la paix, relativement au fondement de l’éducation à la paix définie par l’Unesco : « les guerres prenant naissance dans l’esprit des hommes, c’est dans l’esprit des hommes que doivent être élevées les défenses de la paix. » Cette paix est conditionnée non seulement par la solidarité humaine et la fraternité universelle mais aussi par l’écologisme que garantissent les principes stoïciens (unité et ordre du monde, sympathie universelle, vertu comme modération, principe d’oikeiosis). Ce qui montre que le stoïcisme de Sénèque est plus que jamais d’actualité et pourrait servir de source d’inspiration au monde contemporain en général et à l’Afrique en particulier dont les valeurs traditionnelles sont en voie de disparition, à cause de l’influence de la culture occidentale, lesquelles cependant sont compatibles avec celles de la philosophie humaniste que constitue le stoïcisme.

In order to make everyone happy, the Portico elaborated a philosophy aiming at training in virtue. Like
the socratism, the Portico alleged that virtue is sufficient to ensure happiness. Seneca, one of the
imperial Rome’s great stoic philosophers, reduced all philosophy to soul’s education. In his arguments,
after having shown that all erudition is vain when man does not take himself serious ethically, said, like
his predecessors, that the quest of happiness lies in virtue, "an educated and instructed soul, which
perpetual exercises lead to the summit of perfection." Therefore, it is a matter of acquiring wisdom from
the realization of oneself so as to be able to be at the service of others. In short, social progress must
necessarily accompany individual progress; and it is precisely in this perspective that the Latin
philosopher defined wisdom as "the teacher of souls, who has not produced weapons, fortification and
all that serves for war but advocates for peace and calls the human race to harmony." It is here that lies
education to virtue, providing tranquillity of the soul, as the necessary and sufficient condition for
peace-building, in relation to the foundation of education for peace as Unesco posits: "because wars start
in people’s mind, it is in their minds that should be erected defences of peace." Peace conditioned by
human solidarity and universal brotherhood as well as the ecological policy that stoic principles
guaranteed including unity and world order, universal sympathy, virtue as moderation, and the oikeiosis’
principle. Such brings to light how the stoicism of Seneca is more than ever relevant and could serve as
a source of inspiration for the contemporary world in general and Africa in particular whose traditional
values are in the process of disappearing through the influence of Western culture, which, however, is
compatible with the values of the stoicism’s humanist philosophy.

Mots-clés :
Sénèque, vertu, éducation, paix, écologie, jugement, liberté, Afrique, altruisme,
colonisation.

Keywords :
Seneca, virtue, education, peace, ecology, passion, judgment, freedom, Africa, altruism,
colonization.

Directeur(s).trice(s) de thèse : M. Jean-Joël DUHOT
 
Membres du jury :
M. Dodji AMOUZOUVI, Rapporteur, Maître de conférences, Université d’Abomey-Calavi,
M. Michel BASTIT, Rapporteur, Professeur, Université de Bourgogne,
M. Jean-Joël DUHOT, Directeur de thèse, Maître de conférences habilité à diriger des recherches émérite, Université de Jean Moulin Lyon 3,
M. Jean-Philippe PIERRON, Professeur des universités, Université Jean Moulin Lyon 3.

Président.e du jury : M. Michel BASTIT

Equipe d'accueil
: IRPHIL
 
Décision : Admis

Mise à jour : 6 juin 2017