• Manifestations scientifiques,

Conférence | Être fleuve : l’éthique environnementale, une question d’ontologie

Publié le 7 novembre 2017 Mis à jour le 13 septembre 2018

Conférence publique de Dominique WEBER organisée par la Société Rhodanienne de Philosophie.

Intervention de Dominique WEBER (Professeur en CPGE au Lycée Lakanal à Sceaux), mercredi 15 novembre 2017 de 18h30 à 20h.


 
D’année en année, au moins depuis les années 1960 (mais d’autres datations sont assurément possibles), les effets de la crise environnementale contemporaine se montrent de plus en plus perceptibles : pollution accrue des sols, des eaux, de l’air ; dégradation toujours plus ample de la biodiversité ; déforestation et artificialisation des terres sans frein ; enlaidissement toujours plus marqué des cadres de vie ; etc.

Face à cette situation préoccupante, qu’attendre de la pensée philosophique ? Qu’elle fasse son travail. Cela veut dire notamment, pour reprendre une distinction élaborée par exemple par Vincent Descombes en 2007 dans Le Raisonnement de l’ours, que le mieux est que les philosophes ne se joignent pas à la cohorte des « prédicateurs » de toutes sortes. Et, à ce titre, on se rappellera peut-être la forte formule d’Arne Naess, le fondateur de la deep ecology :

« L’éthique ou la morale ne m’intéressent pas. Ce qui m’intéresse, c’est la manière dont nous faisons l’expérience du monde […]. Si l’écologie peut être dite profonde, c’est parce qu’elle repose sur nos croyances fondamentales, et pas seulement parce qu’elle est liée à nos convictions éthiques. L’éthique découle de la manière dont nous faisons l’expérience du monde ».

C’est à une réflexion sur quelques implications de cette formule d’Arne Naess que la conférence sera consacrée.


Accès libre et gratuit.

Plan d'accès



Contact :
Thématiques :
Manifestations scientifiques

Mise à jour : 13 septembre 2018